Voir l'image en grand

Environnement

Publié le Vendredi 21 juillet 2017

Depuis mardi 18 juillet, le département de l’Isère est en alerte sécheresse. Quelles conséquences pour les habitants ?

Les ressources en eau présentant des niveaux très bas (rivières et nappes souterraines) combinées aux prévisions météorologiques, ont conduit le Préfet de l’Isère à placer ce mardi 18 juillet le département en alerte sécheresse.

Cette décision entraine des restrictions pour les usages de l’eau :

  • interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs de 6h à 20h
  • interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles
  • interdiction du remplissage des piscines de plus de 5 m³ à usage privé
  • interdiction de fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert


Cette décision entraine également une baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation. Elle se caractérise notamment par la mise en œuvre de tours d’eau pour répartir les prélèvements entre les usagers. Enfin elle déclenche des premières mesures d’économies d’eau des industriels.

A ce jour, les dispositions de l’arrêté préfectorales sont valables (au plus tard) jusqu’au 31 octobre 2017.

Plus d’informations sur le dispositif d’alerte : arrêté préfectoral / communiqué du Préfet

Situation en Saint-Marcellin Vercors Isère
Pour le 3ème été consécutif, Saint-Marcellin Vercors Isère communauté effectue en tant qu’animateur du contrat de rivières (Sud Grésivaudan), des mesures de débits des cours d’eau du territoire sur la période estivale.

Les écoulements mesurés cette année sont globalement plus faibles ou équivalents à ceux observés à la pire période de 2016 (en septembre) qui était déjà une année très sèche. La situation s’est particulièrement dégradée depuis le printemps.

  • Le ruisseau du Merdaret en amont du village de Chatte a ainsi vu passer son débit de 132 litres par secondes (L/s) mi-mai à seulement 1 L/s cette semaine (29 : 16-22 juillet).
  • De même, le ruisseau de la Cumane (au niveau du pont du faubourg entre Saint-Marcellin et Saint-Sauveur) dans laquelle coulait un débit de 34 L/s mi-mai est aujourd’hui à sec.

Sur d’autres cours d’eau qui ne sont habituellement pas soumis à des assecs, la situation est également préoccupante.

  • En rive gauche de l’Isère, la Drevenne a ainsi vu son débit (au niveau de sa confluence avec l’Isère) passer de 124 L/s fin juin à 79 L/s en ce moment.
  • La Lèze à l’Albenc a également connu une baisse significative de son débit qui est passé de 60 à 20 L/s entre fin juin et aujourd’hui.

Voir l'image en grand



Conséquences pour les rivières

Le manque d’eau a des conséquences néfastes pour la vie aquatique de nos rivières : augmentation de la température de l’eau, diminution de l’oxygène, segmentation de la rivière pouvant piéger les poissons voire assèchement complet de certains secteurs. Nos techniciens rivières ont ainsi constaté des mortalités de truite sur la Cumane cette semaine.
Les assecs engendrent également une perte des services rendus par la rivière comme l’autoépuration des polluants ou la pratique d’activités touristiques (baignade, pêche, canyoning, promenade).
Ces assecs sont un phénomène naturel et caractéristique de certaines portions des cours d’eau de notre territoire comme sur le Merdaret et la Cumane. Ils se produisent fréquemment lors de conditions météorologiques exceptionnelles. Toutefois, ces assecs apparaissent tôt cette année. Sur le Merdaret en aval de Chatte, l’eau a ainsi disparu à la fin du mois de juin alors que ce phénomène n’avait été observé que fin août l’an dernier.

Cependant, les prélèvements en eau effectués sur nos cours d’eau et nos nappes contribuent à aggraver la situation et à généraliser le phénomène à des secteurs qui seraient naturellement toujours en eau.
Ainsi une vigilance sur nos consommations en eau est importante afin de préserver l’équilibre de nos ressources. Elle concerne tous les usages : particuliers, collectivités, industries et agriculture.

Chaque citoyen et chaque usager se doit d’être vigilant et faire preuve de civisme dans sa consommation quotidienne d’eau pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau et aux milieux aquatiques, biens précieux pour tous les usagers.


Les coordonnées

  • Adresse
    • 38160 Saint-Marcellin
Retour à la liste

Partage

 |